Un capot sans fin et des proportions parfaites : la Jaguar Type E !

Amenée au salon de Genève en 1961, la Jaguar Type E nouvelle génération est appréciée par les visiteurs. Pour rappel, le type D fut le gagnant du 24 heures de Mans, son successeur le Type E montre des performances au-dessus de la Ferrari et de l’Aston Martin. Avec son énorme capot, elle donne envie d’acheter.        

Les carrosseries figurant dans ce modèle

Avant la commercialisation, la marque produit une carrosserie en coupé ; puis en cabriolet. Deux passagers au maximum peuvent rentrer dans l’habitacle de la voiture. En répondant à l’exigence de ses clients, Jaguar Type E fabrique un pavillon rehaussé, accueillant quatre passagers, dès l’année 1966.                   

La puissance développée par le moteur de la voiture

Ce gros moteur comprend un six cylindres en ligne XK, relié à deux arbres à cames. En effet, cette mécanique n’est pas nouvelle à la marque, puisqu’elle est à sa disposition en 1948. Issues d’une cylindrée de 3,8 litres et de trois carburateurs SU, sa puissance atteint 265 chevaux. Considérée comme une voiture ancienne, le maniement de la Jaguar Type E se fait à l’aide d’une boite de vitesse Moss à quatre rapports. Depuis 1964, elle augmente la capacité de la cylindrée à 4,2 litres. La puissance reste comme à l’époque de sa première sortie. Dans le cas contraire, la boite de vitesse à 4 rapports est réglée pour une conduite dynamique. Arrivée en 1971, tout a changé dans la fabrication du moteur ; elle adapte un moteur V 12 de 5,3 litres, donnant un plus grand couple de 272 chevaux que les 6 cylindres d’origine. À titre informatif, une boite automatique à 3 rapports est installée au début des années 1966.   

Les nouveaux modèles de la Jaguar Type E

Sachez aussi que le premier modèle de la marque figure parmi les meilleurs. En 1967, la Jaguar Type E obéit à la loi américaine ; concernant le pare-chocs avant. Le capot déforme sa ligne de carrosserie grâce à ses nouveaux phares et son aérodynamique. Cette voiture sort en prototype Série 1. La Série 2 apparaît en 1968, avec de nombreuses modifications apportées au design extérieur de ce véhicule ; comme la nouvelle calandre, des feux arrière agrandis sous les pare-chocs arrière. Quant à la Série 3 avec son bloc moteur V 12, la transformation s’opère sur la ligne de la carrosserie, qui s’allonge par rapport à l’ancien modèle, le montage des quatre sorties d’échappement, ainsi qu’une prise d’air ajoutée en bas de la calandre.

La « DEUCHE » : quand Citroën créé l’adorable 2CV !
La légendaire Porsche 911 : une excellente routière qui reste inchangée depuis sa création !